AIMA va recycler solidaire, article paru le 8sept14 dans le SO

Publié le par Allons Imaginer un Monde d'Amitiés

PHOTO J. W.

A

lors que salariés et bénévoles de l'association Aima (Allons imaginer un monde d'amitié) s'emploient à aménager le hangar du Trocoeur, sur les hauteurs de Came - et que s'engrangent meubles, vaisselle, aspirateurs, ordinateurs, bijoux et tableaux avant leur dispersion à petit prix - le public est convié à une journée portes ouvertes, samedi 13 septembre, de 9 à 17 heures.

Une exposition de meubles joliment customisés par Nafisa, artiste d'origine russe habitant Came, sera en outre proposée. « J'aime donner une seconde vie aux objets qui ont une âme », dit-elle. Souvent, je trouve dans les tiroirs, des photos, des lettres qui parlent du temps où ce mobilier vivait de la vie de ses propriétaires », ajoute-t-elle.

« La journée du 13 septembre marquera l'ouverture officielle du hangar du Trocoeur », soulignent les organisateurs. Elle doit aussi faciliter la prise de contact avec une structure moderne dite « recyclerie » qui, à l'année, fonctionnera les mardis et jeudis, de 10 à 17 heures et tous les samedis, de 9 heures à midi.

Association humanitaire

Avec son nom fort comme un appel à la solidarité, Aima a 12 ans d'âge. Quelque 700 familles fréquentent ou ont fréquenté ses installations historiques à Bardos. En association humanitaire et caritative, elle s'est rendue célèbre par l'envoi de camions humanitaires à destination de la Lettonie. Des poids lourds chargés par exemple de matériels hospitaliers déclassés mais indispensables aux pays baltes.

Des ateliers de formation au jardinage naturel (Jardin du Trocoeur), gratuits d'accès pour favoriser l'approche du monde végétal nourricier, ainsi que les séances de sa bourse d'échange d'objets et de vêtements (Coin du Trocoeur) doivent aussi être mis au crédit de l'association que préside Sigrid Dumaz. La bonne santé financière d'Ai-ma a récemment permis d'embaucher deux salariées. Mais l'essentiel de la charge repose sur une soixantaine d'adhérents dans l'attente de nouvelles vocations en renfort.

Les aides de diverses instances (Conseil général, Fonds social européen, mairie de Bardos) ou de divers partenaires ne sont pas à négliger. Avec l'ouverture du Tangar du Trocoeur, Aima veut mieux répondre au besoin croissant d'amitié, de chaleur humaine et d'entraide. Vaste défi.

Jean Weber

Renseignements sur le site http://aima.over-blog.com et par téléphone au 06 83 56 54 49.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article