UNE FOIS DE PLUS, MAIS CELLE-LA !!!

Publié le par Allons Imaginer un Monde d'Amitiés

Tout avait l'air de bien commencer, le magasin était prêt, garni jeudi et vendredi par des bénévoles mobilisées en nombre.

Les barnums installés pour le coin café-gâteaux, les crêpes, et les portants chargés de vêtements à petits prix,

Nous avons pris l'habitude depuis quelque temps d'avoir une météo chagrine lors de nos braderies, mais cette fois-ci, ce fût le pompon !

Je vous offre quelques photos très parlantes des bénévoles aidées par des visiteurs luttant contre le grésil, les rafales de vent et les trombes d'eau pour que le devant du magasin ne ressemble pas à un lâcher géant de montgolfières....

Cette braderie de Carnaval restera en bonne place dans nos annales.

Les visiteurs arrivent, les gâteaux n'attendent que les gourmands, les crêpes embaument l'entrée, tout va bien.
Les visiteurs arrivent, les gâteaux n'attendent que les gourmands, les crêpes embaument l'entrée, tout va bien.
Les visiteurs arrivent, les gâteaux n'attendent que les gourmands, les crêpes embaument l'entrée, tout va bien.
Les visiteurs arrivent, les gâteaux n'attendent que les gourmands, les crêpes embaument l'entrée, tout va bien.
Les visiteurs arrivent, les gâteaux n'attendent que les gourmands, les crêpes embaument l'entrée, tout va bien.
Les visiteurs arrivent, les gâteaux n'attendent que les gourmands, les crêpes embaument l'entrée, tout va bien.
Les visiteurs arrivent, les gâteaux n'attendent que les gourmands, les crêpes embaument l'entrée, tout va bien.

Les visiteurs arrivent, les gâteaux n'attendent que les gourmands, les crêpes embaument l'entrée, tout va bien.

Mais soudain le temps se gâte, le coin cuisine se réfugie dans l'entrée car les pâtisserires imbibées d'eau de pluie ce n'est pas terrible. Pendant ce temps la lutte contre les éléments se met en place:1) on appelle des renforts, 2) on cramponne tout ce qui peut l'être, 3) on met un max de choses à l'abri, 5) on replie en se prenant plein de flotte dessus et 6) on rentre se sécher. Sur le coup, ce n'était pas très marrant, la rigolade viendra après en égrenant les souvenirs d' AIMA;.
Mais soudain le temps se gâte, le coin cuisine se réfugie dans l'entrée car les pâtisserires imbibées d'eau de pluie ce n'est pas terrible. Pendant ce temps la lutte contre les éléments se met en place:1) on appelle des renforts, 2) on cramponne tout ce qui peut l'être, 3) on met un max de choses à l'abri, 5) on replie en se prenant plein de flotte dessus et 6) on rentre se sécher. Sur le coup, ce n'était pas très marrant, la rigolade viendra après en égrenant les souvenirs d' AIMA;.
Mais soudain le temps se gâte, le coin cuisine se réfugie dans l'entrée car les pâtisserires imbibées d'eau de pluie ce n'est pas terrible. Pendant ce temps la lutte contre les éléments se met en place:1) on appelle des renforts, 2) on cramponne tout ce qui peut l'être, 3) on met un max de choses à l'abri, 5) on replie en se prenant plein de flotte dessus et 6) on rentre se sécher. Sur le coup, ce n'était pas très marrant, la rigolade viendra après en égrenant les souvenirs d' AIMA;.
Mais soudain le temps se gâte, le coin cuisine se réfugie dans l'entrée car les pâtisserires imbibées d'eau de pluie ce n'est pas terrible. Pendant ce temps la lutte contre les éléments se met en place:1) on appelle des renforts, 2) on cramponne tout ce qui peut l'être, 3) on met un max de choses à l'abri, 5) on replie en se prenant plein de flotte dessus et 6) on rentre se sécher. Sur le coup, ce n'était pas très marrant, la rigolade viendra après en égrenant les souvenirs d' AIMA;.

Mais soudain le temps se gâte, le coin cuisine se réfugie dans l'entrée car les pâtisserires imbibées d'eau de pluie ce n'est pas terrible. Pendant ce temps la lutte contre les éléments se met en place:1) on appelle des renforts, 2) on cramponne tout ce qui peut l'être, 3) on met un max de choses à l'abri, 5) on replie en se prenant plein de flotte dessus et 6) on rentre se sécher. Sur le coup, ce n'était pas très marrant, la rigolade viendra après en égrenant les souvenirs d' AIMA;.

Commenter cet article