AIMA se déplace à la frontière Ukraine-Pologne

Publié le par Allons Imaginer un Monde d'Amitiés

La semaine du 14 mars, une salariée et une bénévole d'AIMA, le responsable de la communauté Emmaüs de Troyes, et les créateurs de la page aiderlukraine.org se sont déplacés à la frontière Ukraine-Pologne.

Trois objectifs à ce voyage : 
1/ mieux comprendre le contexte, qui fait quoi, et évaluer les besoins sur place
2/ effectuer un suivi des deux premiers camions envoyés
3/ rencontrer des institutions publiques ou à but non lucratif destinataires des futurs convois. 

On vous raconte. 

Le séjour a eu lieu la semaine du 14 mars 2022, avec : 
- Pour AIMA : Alice Prada (responsable des actions de solidarité internationale), Vesta Romanova (qui est ukrainienne et bénévole à AIMA) 
- Pour la communauté Emmaüs de Troyes le responsable Marc Mazur
- Pour la page aiderlukraine.org les créateurs Ella (médecin ukrainienne) et Renaud Attal. 

Après le vol Bordeaux-Cracovie, Vesta, Renaud et Alice se sont rejoint à l'aéroport, ont loué une voiture et sont partis direction l'Est. Le séjour leur a permis de mieux comprendre comment s'organisent les parcours migratoires, les modalités de l’accueil, qui fait quoi sur place (par exemple, il y a de la nourriture dans la gare : quelle association la fournit, etc). Merci aux pompiers de Nisko et à Emmaüs Rzeszow qui nous ont gracieusement hébergés !

Les parcours migratoires sont très différents selon les situations. Si certaines personnes partent en voiture pour rejoindre des membres de leur famille ou des amis, d'autres ne savent pas du tout où aller.
Par exemple sur le point de frontière de Medyka : à l'arrivée à la frontière, quelques tentes de petites associations très réactives sont présentes pour se restaurer et se soigner si les gens le souhaitent. Au bout de l'allée, des bus partent en continu vers Przemyśl. La bas, un grand centre commercial est organisé pour accueillir les personnes. A la place des magasins, on trouve des personnes qui dorment sur des lits de camps, des associations qui réorientent les personnes vers d'autres villes polonaises ou d'autres pays, un accès à de la nourriture et aux soins, etc. 

Le poste de frontière de Medyka
Le poste de frontière de MedykaLe poste de frontière de Medyka
Le poste de frontière de MedykaLe poste de frontière de Medyka

Le poste de frontière de Medyka

Przemyśl (avec un bracelet à l'entrée où figure le QR code du plan du centre commercial) & un exemple d'accueil en gare (Lublin)
Przemyśl (avec un bracelet à l'entrée où figure le QR code du plan du centre commercial) & un exemple d'accueil en gare (Lublin)Przemyśl (avec un bracelet à l'entrée où figure le QR code du plan du centre commercial) & un exemple d'accueil en gare (Lublin)
Przemyśl (avec un bracelet à l'entrée où figure le QR code du plan du centre commercial) & un exemple d'accueil en gare (Lublin)Przemyśl (avec un bracelet à l'entrée où figure le QR code du plan du centre commercial) & un exemple d'accueil en gare (Lublin)
Przemyśl (avec un bracelet à l'entrée où figure le QR code du plan du centre commercial) & un exemple d'accueil en gare (Lublin)Przemyśl (avec un bracelet à l'entrée où figure le QR code du plan du centre commercial) & un exemple d'accueil en gare (Lublin)

Przemyśl (avec un bracelet à l'entrée où figure le QR code du plan du centre commercial) & un exemple d'accueil en gare (Lublin)

Des plateformes qui réorientent les personnes aux entrepôts des futurs partenaires, la typologie variée des lieux visités ont permis de comprendre comment s'organise la solidarité sur place. 

AIMA se déplace à la frontière Ukraine-PologneAIMA se déplace à la frontière Ukraine-Pologne
AIMA se déplace à la frontière Ukraine-Pologne

En fonction du profil du destinataire (petites associations avec beaucoup de bras comme Emmaüs, grandes associations qui brassent d'énormes volumes, mairies, etc.) et de la destination des dons (en Pologne pour l'accueil des réfugiés, ou transfert immédiat de camion à camion pour l'Ukraine), la manière de travailler et de conditionner les dons est très différente.

Notre association AIMA va travailler avec ces différents profils de structures, publiques ou à but non lucratif, qui soutiennent l'accueil des réfugiés en Pologne ou qui acheminent les dons en Ukraine

AIMA a pu effectuer un suivi des deux premiers camions (voir les deux compte-rendus précédents) en allant visiter Emmaüs Rzeszow et Emmaüs Cracovie. L'occasion de suivre nos dons et de comprendre comment mieux travailler ! Voici nos photos en équipe :

AIMA se déplace à la frontière Ukraine-PologneAIMA se déplace à la frontière Ukraine-Pologne

Mais nous avons aussi rencontré des associations et des collectivités territoriales qui pourraient recevoir nos prochains camions. D'ailleurs, AIMA a chargé deux camion pour deux d'entre eux à peine une semaine après notre rencontre (pour les collectivités territoriales de Skarżysko-Kamienna et Nisko).

AIMA se déplace à la frontière Ukraine-PologneAIMA se déplace à la frontière Ukraine-Pologne
AIMA se déplace à la frontière Ukraine-PologneAIMA se déplace à la frontière Ukraine-Pologne
AIMA se déplace à la frontière Ukraine-PologneAIMA se déplace à la frontière Ukraine-Pologne
AIMA se déplace à la frontière Ukraine-PologneAIMA se déplace à la frontière Ukraine-Pologne
AIMA se déplace à la frontière Ukraine-PologneAIMA se déplace à la frontière Ukraine-Pologne

Ce voyage était absolument nécessaire pour bien comprendre les rouages de la solidarité sur place, pour développer le réseau d'AIMA et pour voir comment charger des camions adaptés à chaque destinataires selon sa manière de travailler et ses attentes.

Grâce au Conseil Départemental des Pyrénées-Atlantiques qui paie les frais de transport international entre AIMA et la Pologne, nous allons pouvoir proposer une assistance matérielle gratuite aux destinataires. Cette aide est absolument nécessaire. Tous nous ont demandé de l'aide alimentaire et médicale. En effet, par exemple, de nombreuses mairies ont ouvert des magasins gratuits pour les personnes réfugiées. Il y a aussi besoin de literie et de mobilier pour être en mesure de les accueillir. Pour les transferts vers l'Ukraine, il nous faudra travailler sur palettes avec un décompte exact des quantités chargés. 

Afin de toujours adapter ses actions de solidarité sur mesure aux besoin sur place, d'autres voyages seront effectués par la suite. Mais d'ici-là, nous avons quelques camion à charger ! En avant !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article