"LE COIN DU TROCOEUR" : nouvelles

Publié le par Allons Imaginer un Monde d'Amitiés

     Au moment de la fermeture d'été, nous pouvons tirer un bilan chiffré des sept premiers mois de 2013.

Le recul de toutes les données se confirme. Mais, ceci dit, s'il y a une baisse générale par rapport à 2012, l'utilité de cette bourse d'échanges, mise en place par AIMA il y a plus de quatre ans maintenant, est démontrée par la fréquentation et le volume d'activités. Regardons d'un peu plus prêt :

 

      Chiffres bruts :

 

410 adhérents  (535 fin Juillet 2012). Peu d'associations peuvent se prévaloir d'un tel nombre d'adhérents... 

 

22 trocoeurs sont venus échanger chacun des 117 jours d'ouverture (27 en moyenne en 2012).

 

363 points, en moyenne) ont été apportés chaque jour et 315 retirés (respectivement : 471 et 377 en 2012).

 

 Elements d'analyse :

 

Cette tendance baissière a été très vite perçue. Divers points de vue se sont exprimés sur ses causes. Celles revenant le plus fréquemment sont :

 

- la moindre qualité de ce que "Le Coin du Trocoeur" propose. La qualité donc du stock disponible.

 

- l'outil internet facilitant des échanges directs entre des personnes.

(Pourquoi pas, après tout, si certains trouvent entre eux, et directement, comment améliorer leur quotidien ? Et puis, ça fait moins de boulot pour les bénévoles, bénévoles qu'on a toujours du mal à trouver...).

 

- L'annonce, prématurée et donc sans fondement, de notre départ d'Eyhartzia, alors que nous avons de bonnes raisons de penser qu'il n'interviendra pas avant 2015 !

 

Je voudrais ici, sans en faire évidemment une cause unique, évoquer LA CRISE (autrement dit, les difficultés financières rencontrées par de plus en plus de gens).

- N'explique-t-elle pas l'appauvrissement relatif du stock ? (les gens ont moins à apporter, ou, ce qui finit par revenir au même, font durer plus longtemps leurs affaires).

- Les chiffres montrent une augmentation sensible du taux de retrait (87 % contre 80 % l'an passé).

- Le non-renouvellement des adhésions concerne beaucoup moins les habitants du canton de Bidache. Eh oui ! Faire 30 ou 50 bornes coûte cher en essence et décourage sans doute du monde résidant plus loin ! 

 

     Quoiqu'il en soit, "Le Coin du Trocoeur" continue à être un service essentiel au territoire (il n'est que voir les fidèles qui s'y pressent, l'affluence qu'il connait parfois, les "jérémiades" d'habitués auxquels on annonce des périodes de fermeture !), toujours au service de nos trois valeurs fondamentales :     

 

 LA SOLIDARITE ; LA CONVIVIALITE ; L'ANTI-GASPI.

 

Valeurs qui vont perdurer au "Coin du Trocoeur" et que nous allons nous employer à faire vivre, sans doute autrement, dans le lieu (un hangar de 250m2) qu'AIMA aura à sa disposition à Came. On vous en dira plus prochainement, mais ce lieu sera sans doute fonctionnel à l'automne...

 

Dernière chose : si vous avez quelque chose à nous dire, si vous pensez à une autre cause de la baisse, n'hésitez pas à laisser un commentaire au bas de cet article : c'est bien ENSEMBLE que nous serons le plus efficace et le plus utile! Merci d'avance de votre coopération !

 

 

Publié dans Tro C oeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

martine gibelin 01/08/2013 07:55

Les critères de tri n'ont pas changé. On met toujours en magasin ce qui est propre et en bon état.
Les vêtements enfants manquent cruellement car abimes ou tachés. Les jeux passent par là !
Les vêtements hommes hormis les pantalons et chemises manquent aussi.
Par contre, ceux des femmes sont plus abondants, mode oblige ou envie de changer souvent.
Ces cas de figure se retrouvent aussi dans d'autres assos;dans les dons avec nos assos partenaires, par exemple, les sacs enfants sont en bien moindre quantité que ceux des femme.
C'est une remarque que j'ai fait à Sigrid lors de l'ouverture du troc après plus de 10ans à organiser des braderies Croix Rouge: tu verras, on débordera de vêtements "femmes" mais on cherchera les
"enfants" et les "hommes"mais ce n'était pas à ce point.
Ce qui a un petit défaut ou se trouve en grande quantité part en poches à 5 euros,
Même problème: les "enfants" manquent...
Il nous arrive souvent de relaver, recoudre ses boutons ou des ourlets quand certaines troqueuses ne veulent pas s'en charger alors que le vêtement en vaut la peine et se retrouve ainsi dans le
magasin mais nous ne pouvons pas le faire pour tout !!!
A "la tête du client"? je n'ose y croire ou alors on rentre dans un système de favoritisme qui me dérange...
Les fins de mois de plus en plus difficiles y sont sûrement pour beaucoup, Il n'est qu'à voir sur les vide-greniers, par exemple, la quantité de stands vendant des vêtements. Chacun essaie de
récolter quelques euros comme il peut.
Aux infos télévisées ou autres, le bilan des soldes de juillet est très mitigé pour du neuf même à 50 ou 70%.
C'est plutôt un phénomène de société où une certaine couche de population s'appauvrit de plus en plus qu'il faut voir .D'ailleurs, nous avons des demandes d'aide de la part d'assistantes sociales
que nous n'avions pas avant. Ce qui me semble grave.

audrey 31/07/2013 23:29

Bonjour, je suis venue quelques fois au coin du trocoeur et j'ai effectivement pu constater qu'il y avait moins de choix.. Il est vrai que je n'ai pas trouvé mon bonheur comme je le trouvais avant
pour mes enfants et on m'a confirmé que oui, les tris étaient beaucoup plus sélectifs , que oui, il y avait moins de choses... Internet, puisque vous en parlez, n'a pas grand chose à voir avec le
coin du trocoeur... Ce sont justement les habits qui s'échangent le moins... Alors c'est sûr, moins n trouve de choix au coin du trocoeur, moins on emmène à troquer, c'est un cercle " vicieux "...
Pour ma part, je donne maintenant parcequ'il y a toujours un petit défaut sur les habits que j'emmène donc je sais qu'ils ne seront pas en magasin... Et j'avoue que je vois de plus en plus de gens
autour de moi qui "galèrent"..Toutes ces augmentations font que de plus en plus de familles se retrouvent sans rien bien avant la fin du mois... Si je peux me permettre, j'envoie beaucoup de monde
au coin du trocoeur mais quelquesunes ont été décues parcequ'on ne leur a pas pris des affaires pourtant neuves,( avec certaines bénévoles mais sont revenues un autre jour et on leur a pris...
)..On m'a dit " c'est à la tête du client?? ..Non bien sûr que non, mais dans un groupe, les avis ne sont pas les mêmes...je rapporte ce que j'ai entendu... Et je crois que cela a été dit
directement aux personnes concernées! Peut être faire une réunion de synthèse entre vous tous et redéfinir les critères de sélection et essayer d'être tous d'accord? Ceci dit je pense aussi que
chaque sou est compté, l'essence est chère, plus rien ne va... Je vous souhaite de trouver une solution en tous cas!